LA POLLUTION
Sur le bassin versant de l'Albarine, la principale source de pollution est liée aux eaux usées domestiques des ménages.

Alors pensez à la rivière en évitant de mettre des produits dangereux dans l'évier ou les toilettes!

Logo idenquant les produits dangereux pour l'environnement

La qualité de l'eau

La cascade du Pissoir à Torcieu

- Comment mesure-t-on la qualité de l'eau des rivières ?
- La qualité de l'eau de l'Albarine

- Comment mesure-t-on la qualité de l'eau des rivières ?

Le Ruisseau de la Gorge à Chaley

La qualité de l'eau des cours d'eau s'estiment en analysant plusieurs critères que sont :

- les matières en suspension qui peuvent nuire aux habitants des cours d'eau en gênant leur respiration ou en colmatant le fond de la rivière (imaginez vous vivre dans un nuage de poussière ou encore avoir votre maison recouverte d'un énorme tas de poussière qui vous empêchent de rentrer chez vous !)

- les nitrates issus de nos systèmes digestifs ou des engrais et qui contribuent au développement des algues dans les cours d'eau. En partie naturel, le développement algal peut nuire à la vie aquatique en privant les autres organismes d'oxygène à certains moments du jour et surtout de la nuit. Ce phénomène s'appelle l'eutrophisation. (C'est le même phénomène que l'on souhaite éviter quand il est interdit de laisser des plantes dans les chambres d'hopital)

- le phosphore qui vient principalement des produits ménagers comme les lessives ou les poduits vaisselle. C'est le premier facteur du développement algal car ces molécules sont naturellement peu disponible dans le milieu naturel mais primordiale pour les végétaux. Si ces derniers ne sont plus limité par la rareté du phosphore, le développement de la végétation devient explosif.
Développement algal sur les galets en été
- la température qui peut causer la mort de poissons si elles sont trop fortes. L'élévation de température est liée au soleil qui traduit souvent un manque de végétation sur les berges des cours d'eau qui permettent d'assurer un ombrage (En été, les secteurs de rivière ombragés permettent de réduire la température de la rivière.)

- le pH qui traduit l'acidité ou au contraire l'alcalinité de l'eau. Si le pH s'écarte trop de la neutralité, les conditions de vie dans les rivières deviennent difficiles(N'essayez pas de prendre un bain d'acide chlorydrique ou de vous laver les mains à la soude pour vérifier, faites nous confiance !)

- les micropolluants qui rassemblent les métaux, les pesticides et les hydrocarbures. A de rares exceptions près ces substance sont issues de l'activité humaine (industries, phytosanitaires, ruisselleent des voiries, ...). Ces substances présentent différents degrés de toxicité pour la vie aquatique ... et pour ceux qui consomment les poissons ou boivent l'eau du captage voisin (Ainsi, des substances retrouvées dans le Rhône (Poly Chloro Biphényls) ont conduit les autorités à interdire la pêche et la consommation des poissons).

Pour estimer la qualité de l'eau, on réalise aussi des inventaires des invertébrés présents dans les cours d'eau. Certaines espèces étant plus sensibles que d'autres aux polutions, cela permet d'avoir une vision plus générale de la qualité de l'eau. Cela permet aussi de mettre en évidence des pollutions passées, non présentes dans l'eau le jour du prélèvement mais qui ont causé une mortalité quelques jours ou quelques semaines plus tôt.

Retour au haut de page

- La qualité de l'eau de l'Albarine

Le Ruisseau du Merdaret à Chaley

Deux études importantes ont été réalisées sur le bassin versant ; en 2000 et en 2007. De plus, des mesures ponctuelles sont réalisées tous les ans par le Conseil Général de l'Ain et l'Agence de l'Eau
En 2000, l'étude a montré l'importance des pollutions organiques sur l'Albarine. Cela était principalement lié aux lacunes de l'époque en terme d'assainissement des eaux usées (réseaux d'eaux usées et stations d'épuration). Depuis, les communes ont engagés d'importants travaux pour corriger cette situation (Entre 2002 et 2007, c'est environ 13,6 millions d'euros qui ont été investis dans ce domaine par les communes avec le soutien du Conseil Général, de l'Agence de l'Eau et dela région !)

En 2007, la situation s'est globalement améliorée, récompensant les efforts des collectivités. Cependant, tous les problèmes n'ont pu être résolus en 5 ans et les travaux se poursuivent. Aujourd'hui la qualité de l'eau est bonne sur la grande majorité du territoire avec quelques secteurs qui restent perturbés par les activités humaines

Retour au haut de page