FICHE D'IDENTITE

Bassin versant :
313Km2

Longueur Albarine :
60Km

Longueur des affluents :
70Km

Nombre de communes :
27

Le Bassin versant de l'Albarine

Bassin versant, kezako ?
Le territoire
Les communes

Bassin versant, kezako ?

Le bassin versant d'une rivière est l'aire d'alimentation en eau de la rivière. Concretement, c'est le territoire à l'intérieur du quel, quand une goutte de pluie tombe, elle finit théoriquement par rejoindre la rivière.
On utilise deux manières pour définir les limites d'un bassin versant

Le bassin versant "orographique"

C'est le bassin versant défini en fonction du relief.
Pour le déterminer, il faut donc rechercher les lignes de crêtes qui constituent des lignes de partage des eaux
Cette définition est la plus simple mais n'est pas très adaptée aux bassins versants comme celui de l'Albarine. En effet, le massif du Bugey (sur lequel s'écoule l'Albarine) est un massif calcaire qui a été creusé par l'eau au fil des siècles. Il en résulte que le sous-sol est parsemé de failles, ce qui complique les circulations d'eau souterraines. Il se peut alors qu'une goutte d'eau tombant de l'autre coté de la ligne de crête, s'infiltre et finisse par rejoindre la rivière tout de même par le jeu des failles et de l'orientation des couches géologiques.
On se rend compte alors que le bassin versant orographique ne reflète plus la réalité.

Le bassin versant "hydrographique"

Il s'agit du "vrai" bassin versant...
... mais le délimiter demande de disposer de connaissances très fines des circulations d'eaux souterraines, ce ui est loin d'être aisé dans un massif calcaire comme le Bugey.
Pour le délimiter, il faut réaliser des tracages hydrogéologiques qui aident à comprendre ce qui se passe sous nos pieds. Cela consiste à injecter du colorant (inoffensif) dans l'eau dans des secteurs ou l'eau plonge sous-terre et d'attendre qu'elle ressorte. En fonction de l'endroit où le colorant est retrouver, on peut donc définir quel secteur alimente quelle rivière.

Single Image

Retour au haut de page

Le territoire

L'Albarine, une rivière bugiste

Plan de situation du bassin versant

Drainant un bassin versant (orographique) de 313 Km2, l'Albarine s'écoule au coeur du département de l'Ain, au coeur du massif karstique du Bugey. Elle prend sa source à 950m d'altitude sur le plateau d'Hauteville dans le massif du Bugey. Après une chute de 115m au niveau de la cascade de Charabotte, elle parcourt un paysage de gorges avant de rejoindre la plaine de la basse rivière d'Ain dans laquelle elle se jette à 222 m d'altitude. Ces trois entités morphologiques (plateau, gorges et plaine) donnent au bassin versant de l'Albarine une étonnante richesse de paysages tout au long de son cours.
Le linéaire de l'Albarine représente environ 60 Km et la longueur cumulée des affluents principaux représente 130 Km.
Les contrastes du relief confèrent au territoire une grande diversité de paysages avec des secteurs encore aujourd'hui préservés.

Retour au haut de page

Les communes

Origine de la création du syndicat de rivière
Les élus du bassin versant ont pris conscience de l'importance d'une gestion globale de la rivière suite aux crues importantes de 1990 et 1991. La fédération des communes a donné naissance au Syndicat Intercommunal d'Aménagement de l'Albarine en 1992. Avec l'appui des partenaires techniques et institutionnels, le syndicat entreprend la mise en place d'un premier contrat de rivière, lequel ne verra le jour qu'après dix ans de gestation, le 24 juin 2002.
Durant les cinq années de mise en oeuvre entre 2002 et 2007, le premier contrat de rivière a permis de travailler sur tous les grands enjeux de l'Albarine.

Une volonté de poursuivre l'engagement dans la gestion de la rivière
Au vu des résultats de l'étude bilan et bien conscient du chemin restant à parcourir pour l'atteinte du bon état fixée par la directive cadre sur l'eau, le comité syndical a souhaité préserver la dynamique actuelle. Il s'est engagé dès le 13 septembre 2007 dans une nouvelle réflexion pour mettre en place une seconde procédure de Contrat de rivière.

Le SIABVA, syndicat de rivière
Le SIABVA est la structure reconnue pour la gestion de l'Albarine et de ses affluents sur le bassin versant. Il regroupe 27 communes.
Le SIABVA est également la structure porteuse des procédures de gestion concertée de l'eau et des milieux aquatiques.

Les communes ont donné compétence au Syndicat pour les objectifs suivants :
 «  - la mise en ouvre des actions d'aménagements et de gestion des eaux, des cours d'eau et des zones humides sur le bassin versant hydrographique de l'Albarine ;
- l'élaboration, l'approbation, la mise en ouvre et le suivi d'un contrat de rivière sur le bassin versant de l'Albarine. Les types d'actions intégrées dans ce cadre et pour lesquels le SIABVA sera maître d'ouvrage concernent :
- La protection contre les crues des lieux habités et des infrastructures ;
- La gestion de la végétation du lit et des berges des cours d'eau ;
- La gestion des zones humides et zones naturelles d'expansion de crues ;
- La communication sur les enjeux de l'eau et des milieux aquatiques ;
- La restauration physique des milieux aquatiques ;
- Les stabilisations de berges ;
- La valorisation touristique des milieux aquatiques. »

Par ailleurs, le SIABVA est la structure porteuse du Service Public d'Assainissement Non-Collectif pour 25 communes du secteur.

Sur certaines communes adhérentes au SIABVA, une partie des eaux sont drainées par les bassins versants voisins. La karstification entraîne des circulations souterraines complexes et mal connues. Ces circulations expliquent l'adhésion de Thézillieu au SIABVA, cette commune étant identifiée comme alimentant au moins en partie la bassin versant de l'Albarine malgré l'absence de cours d'eau superficiel l'alimentant directement.

Retour au haut de page